Comment réduire les impôts quand on est célibataire ?

Payer des impôts n'est jamais plaisant, et de nombreuses personnes cherchent à faire baisser le montant du fisc. Cependant, les contribuables perdent beaucoup d'argent chaque année en raison d'un manque de connaissances fiscales. Comment réduire les impôts aujourd'hui ? Quelles dépenses pouvez-vous déduire de l'impôt ? Lisez cet article pour en savoir plus.

Le mariage pour réduire ses impôts

Selon les données de l'INSEE, 7 millions de Français ont réduit leurs impôts dus en se mariant ou en adhérant à un PACS. Le raisonnement est simple : deux partenaires vivant ensemble ont un taux d'imposition et une déclaration de revenus individuels basés uniquement sur leurs propres revenus. Le mariage et le PACS ont changé cela, car la déclaration des revenus et les taux d'imposition seront désormais communs. Lors du calcul du montant de l'impôt à payer, l'administration fiscale adopte la proportion progressive de l'impôt sur le revenu, puis la divise par la part fiscale du contribuable. Pour en savoir davantage, il faut aller ici

Les futurs mariés ont-ils la possibilité de réduire de moitié leurs impôts ? Pas forcément. Tout dépend de l'écart de revenu entre les deux parties. Si deux contribuables ont des revenus dans la même tranche d'imposition, se marier ne réduit pas leurs montants d'impôt sur le revenu. D'un autre côté, si les revenus de deux personnes sont significativement différents, se marier peut en fait réduire les impôts de tout le monde.

Investir et épargner

La France compte plus de 470 niches fiscales qui permettent à chacun de réduire son impôt sur le revenu. Certains de ces plans nécessitent des investissements importants, comme l'immobilier, tandis que d'autres nécessitent l'aide du fisc pour compenser les dépenses du ménage (comme les frais de garde d'enfants). Il peut être intéressant pour une personne d'investir son capital dans de multiples produits afin de se diversifier. Notamment en se tournant vers des contrats d'assurance-vie qui permettent d'exonérer d’impôts les plus-values ​​sous certaines conditions.